Upstream University
[ Français ]

LinuxPassion, Hebdo no 8 revu et corrigé

Un éditorial récemment paru sur le site LinuxPassion (les passionnés du noyau Linux) contenait des erreurs factuelles et des conclusions allant à l'encontre du mouvement Logiciel Libre. Plutôt que d'engager une polémique sur tel ou tel point, il nous a semblé plus productif de rédiger l'article en conservant sa structure. Nous avons corrigé les faits erronés, bien sur, mais aussi formulé des conclusions différentes ce qui en modifie l'esprit.

En traitant le même sujet de façon très similaire, nous espérons mettre en lumière les chausses trappes à éviter à l'avenir.

La société Finite State Machine Labs a voulu coupler une licence, l'Open RTLinux, et la GNU GPL (GNU General Public License). Les deux licences étant légalement incompatibles, la Free Software Foundation (FSF) a entamé un dialogue avec FSM Labs afin de corriger la situation. En effet, la licence Open RTLinux fait référence à un brevet logiciel qui restreint les libertés données par la licence GNU GPL.

Cela arrive assez régulièrement, et chaque fois la question se pose. Pourquoi choisir la GNU GPL pour y contrevenir de façon aussi évidente ?

D'un point de vue historique, rapellons que c'est la FSF qui a mis au point la GNU GPL. Pour résumer, la GNU GPL garantit la liberté d'utilisation, d'étude, de modification et de distribution d'un logiciel. Elle a été élaborée dans un contexte caractérisé par la prise de puissance de l'industrie du logiciel propriétaire, c'est-à-dire l'avènement de logiciels sous licence très restrictive, n'offrant en général que le droit à une seule personne d'utiliser le logiciel sur un seul ordinateur.

Il est clair que dans ce contexte la GNU GPL a été une bouffée d'air frais. Elle a d'ailleurs permis à GNU/Linux de se développer comme il l'a fait. Depuis lors la GNU GPL est une sorte de référence, utilisée par une large majorité d'auteurs de Logiciels Libres. La FSF exerce une veille constante sur sa bonne application.

La vigueur de la surveillance de la FSF amène à s'interroger. Pourquoi une telle vigilance est-elle nécessaire ? Alors que la GNU GPL protège les libertés de tant de logiciels, comment de tels abus sont ils possibles ?

La licence GNU GPL s'inscrit dans un projet idéologique et philosophique. Le but en est de bâtir un univers de logiciels qui octroient à tous les même libertés, un univers de partage ou chacun peut aider son voisin. Malgré cela, certaines personnes pensent que la licence GNU GPL est nuisible. Ce sont les personnes ou entreprises qui voudraient en restreindre les libertés pour ensuite les monnayer à leur profit exclusif. La licence GNU GPL est un obstacle car elle ne leur permet pas de prendre le logiciel d'un tiers et de le priver des libertés que son auteur lui a associé. Il faut reconnaître que l'esprit scientifique et le partage de la connaissance contrarient l'élitisme et l'exercice du pouvoir.

Certaines personnes ont envie de faire un travail qui ne soit pas distribué sous licence GNU GPL. Elles peuvent opter pour d'autres licences Logiciel Libre. Elles recherchent avant tout à partager leur logiciel. Toutes les licences Logiciel Libre expriment clairement cette intention et garantissent à chaque personne disposant d'une copie qu'elle pourra l'utiliser, étudier son fonctionnement, le modifier et le distribuer à qui bon lui semble.

Pourquoi choisir une autre licence ? Il s'agit de décider comment on souhaite protéger les libertés du Logiciel Libre. La licence BSD (modifiée) est une licence Logiciel Libre qui n'offre aucune protection. Elle permet à tous de supprimer les libertés du logiciel pour en faire un logiciel propriétaire. La licence GNU GPL protège les libertés. Elle déclare que nul ne peut restreindre ces libertés. Elle déclare aussi que le logiciel ne peut être distribué en liaison étroite avec un logiciel propriétaire car le logiciel résultant serait alors propriétaire. Les autres motifs pour rejeter cette licence procèdent d'une incompréhension ou d'un refus du mouvement du Logiciel Libre.

La GNU GPL est-elle la seule licence Logiciel Libre ? Non, il en existe d'autres qui octroient les libertés fondamentales même si, parfois, elles les protègent peu ou pas du tout. Faut-il que la FSF continue à défendre la licence GNU GPL ? Oui, car elle est encore mal comprise et parfois bafouée par ignorance. Qui peut défendre la licence GNU GPL ? Toute personne pour qui le Logiciel Libre importe.

On l'entend et le lit souvent ici et là : le Logiciel Libre change en ce moment plus qu'avant, il arrive sur le devant de la scène et cela modifie son rôle et la conception que l'on a de lui.

Plus que jamais, le Logiciel Libre devient la base d'activités commerciales, se place au centre d'intérêts économiques et stratégiques. Aujourd'hui la licence GNU GPL est plus nécessaire que jamais. Il devient de plus en plus tentant pour une personne avide de pouvoir de prendre le contrôle exclusif d'un Logiciel Libre largement répandu. Il pourrait alors générer d'appréciables revenus en monnayant une liberté volée à tous. Peut-on croire encore au hasard quand certains éditeurs de logiciels propriétaires tentent de discréditer la licence GNU GPL ? Leurs critiques, qui tiennent plus de la désinformation que du débat, n'ont qu'un objectif : supprimer ce qui fait obstacle à leur désir de possession exclusive.

Loïc Dachary
 
Sections
Accueil
À propos
Contact
Projets
Upstream University
Gna!
Ferme GCC
Erasure Code Patent StreamScale
Contrats
Liens
April
FSF
   contact@fsffrance.org
Copyright (C) 2003-2011, FSF France, 12 boulevard Magenta, 75010 Paris, France
La reproduction exacte et la distribution intégrale de cet article sont permises sur n'importe quel support d'archivage, pourvu que cette notice soit préservée.
Le présent site a fait l'objet d'une déclaration a la CNIL sous le numéro 1134545. Conformément à la législation française en vigueur et plus particulièrement à la loi du 6 janvier 1978 Informatique et liberté, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression sur ces données que vous pouvez exercer en écrivant à l'adresse de courriel suivante contact@fsffrance.org ou au siège social de l'association.
 
Updated: $Date: 2003-02-28 16:16:22 +0100 (Fri, 28 Feb 2003) $ $Author: loic $