Upstream University

La Fondation pour le Logiciel Libre lance sa campagne anti-DRM

24 mai 2006, pour diffusion immédiate

Traduction française du communiqué de presse original de la FSF (Le titre original « Protesters provide a nasty "vista" for Gates » a été adapté).

« Hasta la Vista, Gates » déclarent des manifestants.

Des combinaisons de protection accueillent les développeurs de Microsoft lors de leur conférence annuelle

Seattle, 23 mai 2006

Alors que les développeurs de Microsoft se rassemblaient à Seattle pour entendre le discours de Bill Gates sur l'avenir de Microsoft et la sortie de la prochaine édition de son système d'exploitation Vista, des manifestants vêtus de combinaisons de protection jaune vif ont déferlé à l'entrée du centre de congrès, décochant un message déstabilisant à l'entreprise : votre produit est défectueux et dangereux pour les utilisateurs.

La manifestation surprise a marqué le lancement de DefectiveByDesign.org (« défectueux à dessein ») une campagne d'action qui ciblera les grands médias et les sociétés colportant les DRM. C'est par « des "flash mobs", des opérations directes et des actions pratiques par lesquelles chacun peut s'engager et aider à arrêter la stupidité des DRM » que Gregory Heller, directeur de la campagne, décrit cet effort massif.

Une initiative de la Fondation pour le Logiciel Libre (Free Software Foundation, FSF), "Defective by Design" exhorte tout les techniciens à s'engager dès le début de la campagne. « Les techniciens sont très conscients des dangers que posent les DRM », a déclaré Peter Brown, directeur général de la FSF. « Nous considérons ceci comme le bout de l'iceberg et il est de notre devoir d'agir à ce sujet ». Selon Brown, la communauté technologique est particulièrement qualifiée pour mener cet effort. « Nous sommes au courant de la connivence des grands médias, des fabricants de matériel et des éditeurs de logiciels propriétaires pour nous enfermer », poursuit-il. « Ils veulent infiltrer leurs DRM dans tous nos ordinateurs et dans toutes nos maisons. »

Le dossier de Brown est simple : des ordinateurs, des écrans haute définition, des téléphones, des lecteurs audio et vidéo qui sont aujourd'hui en vente sont « défectueux à dessein ». Ces produits ne respectent pas le droit de l'utilisateur de faire des copies privées de son support numérique. Ces appareils n'offrent aucune disposition pour permettre à l'art, à la littérature, à la musique ou au film de rentrer un jour dans le domaine public. En pratique, les supports achetés pour ces appareils n'appartiennent pas à l'utilisateur; en fait, l'interconnexion de ces appareils sous DRM signifie que lorsqu'un utilisateur regarde un film, lit un livre électronique, change de chaîne sur sa TVHD, ses habitudes peuvent être enregistrées et ses actions surveillées. Il en découle qu'au fil du temps, la technologie des DRM annulera, voir éliminera complètement, les droits de l'individu.

Dans toute autre industrie, de telles restrictions ou invasions seraient considérées comme des défauts majeurs. « Un lecteur multimédia qui restreint ce que chacun peut lire est comme une voiture qui ne se laisse pas conduire », a dit Brown. « Les produits qui contiennent des DRM sont défectueux ; seulement, à la différence des autres produits, ces défauts sont délibérément créés par une industrie qui a depuis longtemps cessé de se soucier de nous. »

Avec les DRM en place, les conglomérats des médias peuvent changer les règles quand bon leur semble, entraînant toujours plus de restrictions individuelles.

« Les patrons des médias crient au « pirate » comparant le partage au meurtre et à l'enlèvement et poursuivent alors nos étudiants. Ils volent ensuite nos droits et nous imposent des produits défectueux », déclare Henri Poole, président de CivicActions, un partenaire de la campagne. « Les patrons des médias ont longtemps été les gardiens du marché pour les artistes. Maintenant ils sont menacés par une nouvelle méthode de distribution qui donne aux artistes de nouvelles libertés et un accès direct au public. Les DRM sont la tentative des patrons des médias de réimposer leurs règles. » L'événement d'aujourd'hui est le premier dans une série prévue par DefectiveByDesign.org qui mobilisera des individus pour lutter contre les DRM.

À propos de Defective By Design

DefectiveByDesign.org est une campagne anti-DRM à grande échelle qui cible les grands médias, les fabricants hostiles et les distributeurs de DRM. Elle vise à mettre tous les fabricants en garde contre la mise sur le marché de produits munis de DRM. La campagne vise également à identifier les produits défectueux pour le consommateur. Nous invitons tous les utilisateurs à défendre leurs libertés et à agir en allant sur http://DefectiveByDesign.org

À propos de la Free Software Foundation

La Fondation pour le Logiciel Libre, fondée en 1985, est dédiée à la promotion des droits des utilisateurs d'ordinateurs à utiliser, copier, modifier et redistribuer les programmes informatiques. La FSF encourage le développement et l'emploi de logiciels libres, particulièrement du système d'exploitation GNU et de ses variantes et de la documentation libre pour le logiciel libre. La FSF renforce également la sensibilisation autour des problèmes éthiques et politiques de la liberté dans l'usage des logiciels. Son site Internet, http://www.fsf.org/, est une importante source d'information sur GNU/Linux. Des contributions pour soutenir son travail peuvent être faites à http://fsf.org/join. Son siège est à Boston, MA, USA.

Contacts Presse

Loïc Dachary. courriel : loic@gnu.org Tél : 01 42 76 05 49

Frédéric Couchet. courriel : fcouchet@fsffrance.org Tél : 06 60 68 89 31

 
Sections
Accueil
À propos
Contact
Projets
Upstream University
Gna!
Ferme GCC
Erasure Code Patent StreamScale
Contrats
Liens
April
FSF
   contact@fsffrance.org
Copyright (C) 2003-2011, FSF France, 12 boulevard Magenta, 75010 Paris, France
La reproduction exacte et la distribution intégrale de cet article sont permises sur n'importe quel support d'archivage, pourvu que cette notice soit préservée.
Le présent site a fait l'objet d'une déclaration a la CNIL sous le numéro 1134545. Conformément à la législation française en vigueur et plus particulièrement à la loi du 6 janvier 1978 Informatique et liberté, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression sur ces données que vous pouvez exercer en écrivant à l'adresse de courriel suivante contact@fsffrance.org ou au siège social de l'association.
 
Updated: $Date: 2011-05-24 14:40:25 +0200 (Tue, 24 May 2011) $ $Author: loic $